La Semaine du cerveau, s’est tenue du 16 au 22 mars 2015, et a été l’occasion pour le grand public de découvrir les dernières connaissances en neurosciences.

Le 16 mars 2015 a débuté la Semaine du cerveau, coordonnée par la Société des Neurosciences,  jusqu’au 22 mars dans 30 villes en France et dans 62 pays dans le monde. L’occasion pour le grand public de comprendre les enjeux de la recherche en neurosciences et les nouvelles connaissances sur l’organe le plus complexe du corps humain.

Au travers d’un programme interactif et ludique, privilégiant le contact direct entre public et chercheurs, les manifestations permettent de faire le point sur l’état des connaissances actuelles sur le cerveau et sur les dernières avancées scientifiques, sur plusieurs thèmes phares : mémoire, créativité, conscience et perception, douleurs et maladies, intelligence artificielle et addictions etc.

A Toulouse, 2 conférences ont retenu mon attention :

Quelles similitudes entre langage et musique ?

(Mercredi 18 Mars de 18h30 à 19h30)

Corine Astesano, MCF en Sciences du Langage Octogone-Lordat, Université Toulouse2-Jean Jaurès (ou UT2J)
Langage et Musique sont deux systèmes centraux de l’activité cognitive humaine. Lors de ces deux activités, le cerveau est amené à traiter des sons dont les composantes acoustiques (fréquence, durée, intensité, timbre) et les règles de structuration (organisations tonale et rythmique) sont similaires. S’il est généralement admis que le langage est traité de manière prédominante par l’hémisphère gauche et la musique par l’hémisphère droit, de nombreuses études montrent que des réseaux neuronaux identiques seraient impliqués dans le traitement du langage et de la musique.
En nous appuyant sur différentes études utilisant l’imagerie cérébrale, nous tâcherons de répondre notamment à la question suivante : existe-t-il des transferts de compétences entre musique et langage ? Autrement dit, la musique aide-t-elle à l’acquisition du langage, à l’apprentissage d’une langue ou encore à la remédiation dans certaines pathologies langagières ?

Pourquoi je souffre quand je te vois souffrir ? les émotions d’autrui interprétées par notre cerveau.

(Jeudi 19 Mars de 18h30 à 19h30)
Evelyne Lepron Post-Doctorante, CerCo, CNRS
L’empathie est la capacité de comprendre ce que ressent une autre personne, la joie, la tristesse, mais aussi de ressentir cette sensation, dans notre propre corps. Cette capacité d’empathie est possible grâce à des mécanismes cérébraux dits ‘miroirs’. Par exemple, lorsque l’on voit quelqu’un se coincer le doigt, notre cerveau réagit en partie comme si l’on s’était soi-même fait mal. Grâce à ces mécanismes, nous pouvons mieux comprendre l’autre et construire avec lui un échange, une interaction cohérente. Ces activités cérébrales en miroir ne sont pas forcément automatiques et nous verrons comment différents facteurs comme le genre ou notre sens moral peuvent les moduler, avec pour conséquence une modification de la perception de l’autre.

 

Vivement l’année prochaine !

%d blogueurs aiment cette page :